Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

Rapports de l'OCDE : Brésil, Chili, Colombie, Mexique.

IPDAL publie les prévisions les plus récentes de l’OCDE sur l’évolution économique des marchés brésilien, chilien, colombien et mexicain.

BRÉSIL

L’OCDE considère qu’il est probable que la récession brésilienne se poursuive en 2016 et 2017, dans un scénario de grande incertitude politique et de possibles nouvelles découvertes de cas de corruption qui, en sapant la confiance des consommateurs et des entreprises, entraînent une baisse de la demande intérieure. À mesure que l’économie se contracte, le chômage continuera de croître.

Les divisions politiques ont réduit les chances de parvenir à des réformes politiques notables à court terme et la dette publique brute va continuer à augmenter. L’amélioration de la confiance dépendra de la capacité des autorités à procéder à des ajustements budgétaires significatifs, tels que des mesures visant à garantir la viabilité du système de retraite et une nouvelle vague de réformes structurelles. Tout en restant restrictive, la politique monétaire adoucira légèrement la baisse de l’inflation.
Selon l’Organisation, l’augmentation de la productivité dépendra de réformes visant à accroître la concurrence, à réduire les barrières commerciales et les charges administratives et à simplifier les impôts indirects. Cette augmentation sera essentielle pour parvenir à une forte croissance économique à moyen terme.

L’OCDE souligne qu’au cours des douze derniers mois, le Brésil a perdu près de deux millions d’emplois et la monnaie s’est dévaluée de près de 20 %. Les faillites d’entreprises et les dettes ont également augmenté.

Le déficit budgétaire a augmenté, atteignant plus de 10 % du PIB et le déficit primaire est supérieur à 2 % du PIB. L’inflation annuelle affiche une légère baisse à mesure que la récession atténue les pressions inflationnistes, mais reste bien au-dessus de l’objectif de 6,5 %.

Toutefois, les réformes structurelles ont un grand potentiel pour stimuler la croissance. La réduction des coûts de mise en conformité et des distorsions imposées par le système fragmenté de fiscalité indirecte au Brésil entraînerait une réduction presque immédiate des coûts pour les entreprises et pourrait être obtenue grâce à la consolidation des impôts indirects.

Une plus grande intégration commerciale bénéficierait particulièrement aux personnes à faibles revenus, dans la mesure où l’expansion du secteur des exportations aurait un impact plus important sur la demande de main-d’œuvre moins qualifiée. L’amélioration des niveaux d’enseignement supérieur augmenterait non seulement la productivité, mais permettrait également à davantage de familles en difficulté économique de faire partie de la classe moyenne croissante du Brésil.
Le paysage politique présente des risques positifs et négatifs. Si l’incertitude concernant les politiques futures est résolue plus rapidement que prévu et qu’un consensus sur les réformes est atteint, la confiance pourrait s’améliorer rapidement et la croissance pourrait devenir positive en 2017. D’un autre côté, de graves divisions politiques pourraient générer une plus grande instabilité, entravant sérieusement la réalisation du objectif de croissance. nécessaire pour soutenir les politiques économiques.

D’autres risques d’impact négatif pourraient provenir du secteur des entreprises, où les effets de la récession actuelle sont de plus en plus visibles. Les dépôts de bilan augmentent quelle que soit la taille des entreprises. Parmi les sociétés cotées, la dette financière nette a augmenté de 24 % en 2015, tandis que les bénéfices ont chuté de 29 %, en excluant les trois grandes entreprises à participation publique (Petrobras, Vale et Eletrobras). Un nouveau ralentissement de la croissance en Chine, qui est la principale destination des exportations d’une grande partie des matières premières du Brésil, pourrait également freiner la croissance du pays.

CHILI

L’OCDE a réduit ses prévisions pour l’économie chilienne, en raison de l’impact de la faiblesse des prix du cuivre et de la faible demande de ses principaux partenaires commerciaux, pour maintenir sa croissance à 1,5 % cette année et à 2,5 % l’année prochaine.

Cela signifie une réduction significative de sept dixièmes par rapport aux chiffres de 2016 et d’un dixième par rapport à 2017, selon le rapport Perspectives de l’OCDE de novembre 2015. L’organisation a noté que le ralentissement a également contribué au resserrement des conditions de crédit – la banque centrale a augmenté son taux d’intérêt principal à 3,5 %. pour contenir l’inflation après la dévaluation de la monnaie – et une baisse de la confiance des entreprises.

Cela a eu un effet sur l’investissement, qui a diminué au cours des deux dernières années, mais qui devrait à nouveau augmenter de 0,9% en 2016 et de 1,6% en 2017.

Une conséquence de tout cela sera la détérioration du taux de chômage, qui passera en moyenne de 6,2% en 2015 à 6,8% cette année et 6,9% l’année prochaine. Quoi qu’il en soit, l’OCDE estime que le taux de croissance du PIB sera tiré essentiellement par les exportations en 2017, qui bénéficieront d’une amélioration de la compétitivité (due à la dévaluation de la monnaie), mais aussi d’une demande plus prévisible. Le principal risque face à ces attentes vient de l’évolution des partenaires commerciaux du Chili (à commencer par la Chine et d’autres pays d’Amérique latine) et du prix des matières premières.

D’une part, les conditions de volatilité financière à l’échelle mondiale pourraient réduire la demande de minéraux chiliens, d’autre part, la hausse des prix du cuivre augmente également la confiance des investisseurs, en plus de remplir les caisses de l’État avec davantage de recettes fiscales. Concernant l’inflation, les auteurs de l’étude notent que la possibilité d’une reprise est liée à l’évolution du taux de change et du prix du baril de pétrole.

Selon le scénario de référence, l’indice des prix à la consommation, qui s’est établi en moyenne à 4,3% en 2015, devrait diminuer légèrement à 4% en 2016 et à 3,1% en 2017.

COLOMBIE

Cette année, l’OCDE prévoit une croissance économique de 2,4% pour la Colombie, essentiellement due à l’effondrement du prix du pétrole.

Dans son rapport semestriel Perspectives, l’Organisation a examiné les estimations, faites en novembre 2015, selon lesquelles la Colombie connaîtrait une expansion de 3% en 2016 et de 3,3% en 2017.

Les auteurs de l’étude expliquent qu’en raison de la baisse de la valeur des exportations de pétrole et de charbon depuis 2013, qui représentent les deux tiers des ventes à l’étranger, le taux de change du peso colombien a baissé et le déficit budgétaire s’est accru.
En outre, l’intensification du phénomène climatique El Niño affecte l’agriculture et la production d’électricité, ce qui, avec son effet inflationniste, a un impact négatif sur la confiance des consommateurs, la consommation privée et la création d’emplois.
À cet égard, le célèbre « Club des pays développés » a souligné que l’inflation a atteint environ 8 % à la mi-2015 et a prévu que l’indice des prix à la consommation atteindra en moyenne 6,9 % cette année (il était de 5 % l’année dernière). année) et 4% l’année prochaine.

Les exportations, qui ont subi l’impact des matières premières et la baisse au cours des deux dernières années, devraient commencer à se redresser en 2016 et 2017, avec des hausses de 1,1% et 2% respectivement.

Quant à l’état des finances publiques, le déficit du compte courant se maintiendra à des niveaux élevés, de 6% en 2016 et 5,5% en 2017, mais sans atteindre le sommet de 2015 où il avait atteint 6,4% du Produit Intérieur Brut.

L’OCDE estime que les réductions des dépenses publiques annoncées par le gouvernement sont suffisamment réfléchies pour que leur impact social soit modéré.
Mais il a ajouté qu’à moyen terme, une réforme fiscale globale sera nécessaire pour stabiliser le fonds, compte tenu de sa dépendance à l’égard de la volatilité des revenus des matières premières, et également pour mettre en place des politiques sociales plus inclusives. Il existe également des réformes structurelles « essentielles » pour améliorer les infrastructures publiques et la productivité et permettre une plus grande diffusion du progrès économique.
À cet égard, l’organisation a parlé d’abolir les barrières à l’entrée de nouvelles entreprises dynamiques et innovantes ou d’élargir l’accès à la formation comme outil pour augmenter la productivité du travail et réduire les inégalités de revenus.
En ce sens, l’OCDE a souligné que les politiques qui s’attaquent à la dualité du marché du travail, créent des emplois de qualité, réduisent l’écart entre les sexes et le caractère informel du travail contribueront à renforcer la croissance économique, principalement grâce à la demande intérieure, en plus de réduire les inégalités.

MEXIQUE

L’OCDE estime que l’économie mexicaine connaîtra une croissance de 2,6 % cette année et de 3 % en 2017. Ces chiffres sont principalement attribués aux réformes mises en œuvre par l’exécutif, mais impliquent une baisse par rapport à ses prévisions précédentes.

Dans son rapport semestriel Perspectives, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) revient sur les estimations faites en novembre, lorsqu’elle avait calculé une augmentation du produit intérieur brut (PIB) du Mexique de 3,1 % en 2016 et de 3,3 % en 2017.

L’Organisation commence par souligner que l’affaiblissement de la croissance mondiale, les incertitudes sur certains marchés ou les inquiétudes concernant des politiques monétaires divergentes dans les économies développées émergentes ont ralenti la croissance au Mexique en 2015, qui s’est établie à 2,5 %.

Mais il note également qu’il existe des signes « manifestes », comme les réformes structurelles susmentionnées, en particulier les mesures visant à accroître l’accès au crédit, et considère que leur mise en œuvre complète est « essentielle ».

Pour l’OCDE, la dépréciation du peso a renforcé les gains des exportations mexicaines, ce qui a accru sa part de marché aux États-Unis, et la résilience de l’économie nationale a maintenu son soutien à l’activité économique.

Les auteurs de l’étude ajoutent que la première vague de réformes structurelles a conduit à des progrès significatifs dans différents domaines et a accru les attentes des investisseurs.
L’OCDE espère que ces réformes, ainsi que d’autres, pourront améliorer l’efficacité, l’innovation et les compétences des travailleurs peu instruits.

« Les mesures visant à renforcer l’éducation, les compétences et l’inclusion financière offriront à tous les Mexicains, en particulier aux femmes, davantage de possibilités de contribuer à la société », affirme l’Organisation, qui prévoit également une faible inflation pour 2016 et 2017.
L’OCDE considère qu’il est crucial que les offres pétrolières attirent des engagements d’investissement et estime que les principaux risques qu’elles pourraient engendrer, qui ne correspondent pas à ses prévisions de croissance, sont un frein au commerce mondial, notamment dans le cas des avancées économiques chinoises et américaines.

Les auteurs préviennent également qu’une pression accrue sur les prix du pétrole et des difficultés dans la mise en œuvre des réductions du PEMEX pourraient retarder la réalisation de l’objectif de réduction du déficit et éroder la confiance du marché.