Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

Rapport Elcano sur l'Amérique Latine

L’IPDAL publie le dernier rapport du Real Instituto Elcano, le principal groupe de réflexion espagnol, sur la situation politique et économique en Amérique latine.

Selon le document du Real Instituto Elcano du 25 avril 2016, l’Amérique latine est confrontée à une crise économique, résultant de la chute des prix des matières premières et du ralentissement du commerce mondial.

Après plus d’une décennie d’expansion économique soutenue par le prix élevé des matières premières, au plus fort du commerce mondial et d’une liquidité abondante, le changement du contexte économique mondial et l’absence de progrès en matière de productivité ont conduit l’Amérique latine à une crise profonde avec de graves conséquences. déséquilibres macroéconomiques et qui menace les acquis sociaux importants obtenus précédemment.

Selon les dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI), dans un contexte de ralentissement économique généralisé, les économies de la région connaîtront un déclin en moyenne de 0,5% cette année et ne connaîtront qu’une légère hausse de 1,5% en 2017.

La figure 1 présente deux réalités différentes. D’un côté, les pays sud-américains, le Brésil en tête, et ses voisins exportateurs de matières premières traversent une période particulièrement défavorable. En revanche, les pays d’Amérique centrale et des Caraïbes, le Mexique en tête, font face à la situation de manière plus positive. Quoi qu’il en soit, la division Nord-Sud n’est pas la seule pertinente. Les pays de l’Alliance du Pacifique, auxquels il faut ajouter la Bolivie (dont l’économie connaîtra une croissance de 3,8% cette année), parviennent à maintenir le niveau moyen (le Mexique connaîtra une croissance de 2,4%, la Colombie de 2,5%, le Pérou de 3,7% et le Chili de 1,5%). En revanche, les pays du Mercosur, plus dépendants des exportations de produits primaires, subissent une baisse plus prononcée. Enfin, le Venezuela est en chute libre (son PIB s’est contracté de 8 % cette année, après une chute de près de 6 % l’an dernier).

Toutefois, ce ralentissement ou cette récession (selon les cas) ne devrait pas générer de crises financières profondes comme par le passé. Actuellement, la plupart des pays ont des niveaux de dette extérieure relativement faibles, des réserves internationales élevées, des taux de change flexibles avec une demande intérieure mieux à même d’amortir la détérioration de la situation internationale, des banques suffisamment capitalisées et de meilleures politiques macroéconomiques. En outre, le ralentissement de la croissance ne se traduit pas par une augmentation significative du taux de chômage, ni par des sorties de capitaux alarmantes.
Enfin, la démocratie a été consolidée dans la région et, dans la plupart des pays, nous avons commencé à assister à des changements de gouvernement pacifiques à la suite de processus électoraux transparents. Même le Brésil, qui traverse une période politique mouvementée en raison des accusations portées contre la présidente Dilma Rousseff.

Le principal risque de ce ralentissement économique réside dans la frustration des nouvelles classes moyennes face à un environnement récessif, une agitation sociale croissante qui pourrait mettre fin aux grands progrès réalisés ces dernières années dans la réduction des inégalités, de la pauvreté et dans l’augmentation de la cohésion sociale. .

Dépendance permanente à des facteurs externes
Au cours des dernières décennies, les pays d’Amérique latine ont déployé des efforts considérables pour éviter d’être aussi affectés par le cycle économique international que par le passé. Ils ont augmenté leur revenu par habitant, ont diversifié (avec un succès inégal) leurs économies et ont consolidé leurs classes moyennes avec une plus grande capacité de consommation. Cependant, sa croissance reste fortement dépendante de ce qui se passe à l’extérieur, notamment du prix des matières premières, des conditions de liquidité internationale et du dynamisme du commerce international.

Comme représenté sur la Figure 2 , le prix des produits de base s’est effondré, le commerce international a stagné et tout indique que la région entre dans une ère de « normalisation » des conditions monétaires mondiales, qui à son tour conduira à une phase de diminution de la liquidité internationale, marquée par la hausse progressive taux d’intérêt aux États-Unis. En conséquence, les monnaies ont tendance à se dévaloriser, les déficits budgétaires ont tendance à augmenter (notamment en raison de la perte de revenus due à la baisse des prix des matières premières) et l’inflation a tendance à s’accélérer et à dépasser les objectifs fixés par les banques centrales (en tout cas, l’inflation n’est qu’un phénomène inquiétant au Venezuela, si l’on considère que le gouvernement de Mauricio Macri en Argentine semble prendre des mesures de lutte et que dans le reste des pays, elle n’est pas incontrôlée). Pour autant, même s’il est possible d’éviter les problèmes de dette publique et les demandes d’aide internationale comme cela existait par le passé, la plupart des pays craignent de devoir procéder à des ajustements majeurs pour rééquilibrer leur économie. Le Real Instituto Elcano estime que lorsque la crise politique s’ajoute à la crise économique, comme au Brésil et au Venezuela, cette dernière devient beaucoup plus difficile à gérer.

Le ralentissement actuel fait suite à une période de prospérité extraordinairement longue, marquée par la hausse des prix des matières premières qui, tirés principalement par la demande chinoise, se sont maintenus à des niveaux très élevés de 2003 jusqu’à très récemment (le pétrole a commencé à baisser en 2014 et les autres matières premières un peu plus tôt). Cette période fut inhabituellement longue et intense. Le taux de change réel, qui s’est amélioré en moyenne de 40% entre 2003 et 2013 (avec des niveaux atteignant 200% dans le cas du Venezuela en raison du prix élevé du pétrole et plus de 90% au Chili en raison du prix du cuivre), Cela fait déjà plus de deux ans que l’on évolue dans la direction opposée. Contrairement à ce que l’on pense souvent, la gestion des revenus due au prix élevé des produits de base dans de nombreux pays a été plutôt favorable.

Jusqu’en 2009, il y avait une amélioration des relations commerciales réelles résultant de la hausse des prix à l’exportation dans les pays, les conduisant à épargner une partie de leurs revenus extraordinaires et à stimuler les investissements (dont beaucoup venaient de l’étranger) en plus de l’augmentation de la consommation publique. Cependant, à partir de cette année-là, la Chine a redoublé son engagement en matière d’investissement public pour amortir l’impact de la Grande Récession en augmentant encore la demande mondiale de matières premières, ce qui a incité les pays d’Amérique latine à commencer à augmenter leurs dépenses publiques. Pour le Real Instituto Elcano, la gestion de cette croissance a été meilleure que lors des occasions précédentes et, si les prix élevés n’avaient pas duré aussi longtemps, certains des déséquilibres macroéconomiques que nous observons actuellement auraient probablement pu être évités.

Obligations non remplies

Alors que la plupart des pays de la région ont réussi à résister à la récession mondiale de 2009-2010, avec des baisses de croissance moins intenses et plus courtes que les économies avancées, ils voient désormais leur croissance se contracter : en 2016, on prévoit que les pays développés et les marchés émergents devrait croître de 1,9% et 4,1% respectivement, tandis qu’en Amérique latine, une baisse de 0,5% est attendue.

Cela est dû à deux facteurs. D’une part, contrairement à ce qui s’est passé en 2009, lorsque les pays disposaient d’une marge de manœuvre pour mener des politiques contracycliques d’expansion monétaire et budgétaire, ils n’ont actuellement pratiquement aucune possibilité de les mettre en œuvre. Il n’existe pas d’espace budgétaire pour augmenter les dépenses publiques et réduire la liquidité mondiale, ce qui, combiné à la dépréciation de la monnaie et à l’augmentation de l’inflation, ne permet pas une positivité dans le domaine monétaire. À l’instar de ce qui s’est passé avec l’Espagne lors de la crise de l’euro, elle cherche à adopter des politiques procycliques (notamment des réductions des dépenses publiques) alors que les économies sont en récession ou en ralentissement.

Le deuxième facteur est l’attention insuffisante accordée à l’offre pendant la période de croissance. Au cours des dernières décennies, les niveaux d’éducation de base ont augmenté, des réformes ont été mises en œuvre sur les marchés des biens et des services, dans le but d’accroître la concurrence et d’améliorer le fonctionnement du marché du travail, et des réformes fiscales ont été mises en œuvre qui ont permis à l’État de disposer de plus de ressources. pour financer des biens publics. Cependant, l’évolution positive des indicateurs relatifs à la pauvreté, aux inégalités et au bien-être social depuis le début du siècle a conduit à une convergence avec les pays développés, bien que moins significative que celle connue par les pays émergents d’Asie du Sud-Est.
L’augmentation de la productivité dans la région par rapport aux pays développés est décevante, comme le montre Figure 5 . En ce sens, la productivité du travail a augmenté de 1,1% par an entre la seconde moitié des années 90 et 2013, bien en dessous de celle des pays d’Asie du Sud-Est et même des États-Unis (seuls le Chili, l’Équateur et le Pérou, les pays qui ont enregistré les plus fortes augmentations d’investissement, pourrait réduire l’écart de productivité avec l’économie américaine, et seule l’économie péruvienne a enregistré une augmentation de productivité similaire à la moyenne de l’Asie du Sud-Est).

La lente croissance de la productivité s’explique par le faible niveau de l’épargne et l’insuffisance des investissements reflétés dans le Figure 6 , les dépenses limitées en R+D (Recherche et Développement) qui, comme le montre Figure 5 , implique l’enregistrement de très peu de brevets (dont l’évolution ces dernières années est pratiquement nulle, égale au nombre d’articles publiés dans des revues scientifiques), des déficiences en infrastructures (non seulement physiques, mais aussi liées aux nouvelles technologies, comme l’accès à walking Largo), un secteur externe peu dynamique et en dehors des chaînes de valeur mondiales, ainsi qu’une reprivatisation de la production, notamment dans les pays exportateurs de produits primaires.

La part des produits primaires dans les exportations latino-américaines a augmenté de près de 15 points de pourcentage entre 2000 et 2013, l’augmentation étant encore plus importante dans les pays d’Amérique du Sud, ce qui, ajouté à ceux qui partaient d’un niveau plus élevé, a conduit à ce que ces produits représentent environ 60% de toutes les ventes à l’étranger, alors que l’industrie manufacturière technologique dans son ensemble atteint à peine 20 %.

Durant cette période d’expansion, le développement industriel a été marginalisé par les pouvoirs publics en raison de certaines déficiences des politiques développées dans le passé (telles que le manque d’attention portée aux avantages comparatifs ou les faiblesses des institutions). Cependant, la stagnation de la production observée dans la région a conduit les pays à reconsidérer un rôle industrialisateur plus actif, même si le principal problème réside dans les actions concrètes à mettre en œuvre pour que le résultat final soit positif, car il ne fait guère de doute que certains des les domaines Il convient de se concentrer sur le financement du développement productif, de l’éducation et de la formation, en tirant parti des opportunités d’internationalisation et en soutenant l’innovation des entreprises. Concernant ce dernier point, compte tenu des faibles dépenses de R&D des pays d’Amérique latine, le défi à court et moyen terme pour les différents gouvernements consiste à fournir des investissements dans l’innovation et le développement qui permettront d’adapter les technologies déjà développées à des endroits spécifiques.
Une dernière faiblesse manifestée par les économies latino-américaines à l’époque de la « grosse vache » était le faible niveau d’intégration régionale, combiné au fait qu’au cours des dernières années, les deux flux commerciaux historiquement les plus intenses (Brésil-Argentine et Colombie-Venezuela) se sont considérablement affaiblis. en raison de frictions politiques.

Les pays devront évaluer dans quelle mesure leur croissance potentielle a été freinée par ces années d’accumulation de déséquilibres, dans un contexte où, en outre, la population en âge de travailler diminue. S’il est vrai que la plupart des pays reviennent aux taux de croissance d’avant le grand boom (sauf dans le cas de pays comme le Brésil qui sont en récession cyclique), le problème est que ces taux de croissance sont insuffisants pour continuer à promouvoir les transformations socio-économiques nécessaires. et une réelle convergence avec les pays avancés. Les défis à long terme incluent l’amélioration des politiques structurelles. Mais comme c’est souvent le cas, il n’existe désormais aucune ressource publique pour les financer.

Dans le contexte actuel de ralentissement économique mondial, l’Amérique latine (et notamment l’Amérique du Sud) subit une crise plus grave que d’autres régions, contrairement à ce qui s’est produit en 2009. L’origine de la crise réside dans l’effondrement des prix des matières premières. dans le commerce mondial et une diminution de la liquidité sur les marchés financiers internationaux, ce qui a entraîné une dépréciation du taux de change, une hausse de l’inflation et une augmentation des déficits budgétaires et courants. Les pays d’Amérique latine, en général, sont désormais mieux à même de faire face à cette crise qu’à la fin du siècle dernier grâce à leurs bases économiques et politiques solides, incapables de mettre en œuvre des politiques anticycliques et ont été contraints de procéder à des ajustements radicaux pour garantir l’équilibre macroéconomique.

Mais cette fois-ci, il n’y a pas de risque de « décennie perdue », mais plutôt d’un nouveau cycle confronté aux forces et faiblesses héritées de la saison de croissance. Durant la période de prospérité économique, entre 2003 et 2014, des progrès significatifs ont été réalisés dans le domaine social, mais pas en termes de productivité, en partie à cause de l’absence de politiques efficaces de développement industriel. Même si jusqu’en 2009 la plupart des pays étaient capables de gérer avec succès des revenus extraordinaires et de les affecter à l’investissement, ils ont ensuite commencé à souffrir d’une illusion de richesse perpétuelle qui les a conduits à consacrer leurs revenus à une dette publique à caractère permanent qu’ils ne sont plus en mesure de maintenir. , ce qui rend difficile la transition du modèle économique.

Malgré les tentatives visant à retrouver des taux de croissance qui leur permettent de continuer à converger avec les pays avancés qui mettent en œuvre les politiques structurelles nécessaires, le rapport considère que les pouvoirs publics n’ont plus l’espace pour les mener à bien.