Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

Discours du ministre des Travaux publics

Intervention du Ministre des Travaux Publics au Forum des Opportunités d’Affaires en Amérique Latine Monsieur le Président de l’Ordre des Ingénieurs Monsieur le Président de l’Institut pour le Développement de l’Amérique Latine Madame la Secrétaire Générale de la Fondation Euro-Amérique Chers participants au Forum Mesdames et Messieurs C’est pour moi, c’est toujours un plaisir grand et renouvelé de participer aux initiatives de l’Ordre des Ingénieurs, comme le sait mon Ordre professionnel, car ce sont des initiatives marquées par le grand sens de l’actualité des sujets mis en discussion, ainsi que par la haute qualité des intervenants et des participants, contribuant ainsi de manière décisive à la clarification éclairée de sujets de grande importance pour la profession et pour le pays. Cette fois, l’Ordre des Ingénieurs, en collaboration avec l’Institut pour la Promotion et le Développement de l’Amérique Latine , propose de débattre des opportunités d’affaires et d’investissement dans le secteur de la construction, en Amérique latine, et il est de ma responsabilité d’intervenir sur les opportunités que ces marchés pourraient offrir aux entreprises portugaises du secteur de la construction et sur l’impact des grands investissements publics sur l’économie. Je voudrais commencer par souligner que, comme chacun le sait, l’économie mondiale a suivi une trajectoire récessive ces derniers mois, en raison de ce qui constitue la première crise économique et financière mondiale jamais enregistrée. Le gouvernement portugais, conscient du fort impact négatif que cette crise a sur l’économie, les entreprises, l’emploi et les familles portugaises, a élaboré et appliqué, de manière courageuse, cohérente et déterminée, un ensemble de mesures crédibles et efficaces avec un en vue de minimiser cet impact négatif et de relancer le prochain cycle de croissance économique. L’Initiative pour l’Investissement et l’Emploi, présentée à la suite du Conseil des Ministres Extraordinaire du 13 décembre 2008, apparaît comme un plan convergent avec les décisions prises au niveau européen dans le cadre de la lutte contre la crise actuelle, et a été évaluée par les principales agences internationales comme étant équilibrée. , réaliste et très positif. Parmi les mesures recommandées par cette initiative, je souligne, car c’est ma responsabilité directe, le paquet d’investissements dans les réseaux de nouvelle génération, de l’ordre de 800 à 1 000 millions d’euros, entre efforts publics et privés, dont le protocole d’exécution avec les opérateurs participants a été fermé en janvier de cette année. Et je souligne cette initiative, aujourd’hui et ici, parce que ses vertus sont, a priori, plus faciles à comprendre par les confrères ingénieurs que par les citoyens ordinaires. En effet, les Réseaux de Nouvelle Génération représentent un potentiel infini pour le développement de produits et services à très haute valeur ajoutée, tant économique que sociale, avec un impact particulièrement immédiat sur les activités les plus proches de l’Ingénierie et du développement technologique. En ce sens, je crois qu’il s’agit d’un investissement aux répercussions rapides et durables sur l’économie réelle, une conviction partagée par tous les opérateurs de télécommunications du monde entier, avec lesquels j’ai eu, la semaine dernière encore, l’occasion d’échanger lors du IV Forum Mondial. Conférence sur la politique des télécommunications, promue par l’Union internationale des télécommunications (UIT) et organisée à Lisbonne, avec la collaboration du gouvernement portugais, par l’intermédiaire de mon ministère. En ce qui concerne les Travaux Publics, le Gouvernement, en plus des projets déjà en cours ou en préparation, conformément à son Programme approuvé par l’Assemblée de la République en mars 2005, a décidé de lancer une autre série d’investissements pour renforcer la lutte contre les crise économique et financière mondiale, essentiellement dans le domaine de la requalification et de la modernisation du système scolaire, de la promotion des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique et des réseaux de transport d’énergie. Certains hommes politiques, analystes et commentateurs ont remis en question l’opportunité et même la nécessité de certains investissements en cours par le gouvernement, comme le nouvel aéroport de Lisbonne, le réseau ferroviaire à grande vitesse ou les concessions routières. Toujours lors de la dernière séance commémorative du 25 avril, tenue en AR, le leader du banc du PSD s’est prononcé une fois de plus contre ces investissements, qu’il a qualifiés de mégalomanes, bien qu’ils aient tous été préalablement approuvés par ce parti. Autrement dit, plus que l’opportunité, ce qui est en jeu c’est la vision stratégique que nous avons pour le pays et son développement futur. Comme vous le savez, le Gouvernement considère la poursuite de ces investissements comme de la plus haute importance. Tous ont fait l’objet d’un processus d’amélioration et d’optimisation de leurs projets respectifs et d’analyses coûts/bénéfices qui démontrent clairement des avantages significatifs pour notre économie et notre cohésion nationale. C’est d’ailleurs également la vision de la Commission européenne, qui a récemment renforcé, à hauteur de 500 millions d’euros, le soutien important qu’elle avait précédemment apporté aux investissements à réaliser par les pays de l’UE dans le cadre des réseaux transeuropéens de transport, là où ils s’inscrivent, précisément, le nouvel aéroport de Lisbonne, le réseau ferroviaire à grande vitesse et plusieurs routes incluses dans le programme de concessions routières, je réitère le caractère hautement positif de ces investissements dans le cadre des mesures de relance économique. L’investissement public apparaît aujourd’hui plus que jamais comme absolument décisif dans la lutte contre la crise économique et financière mondiale, alors que toutes les grandes économies du monde, États-Unis en tête, développent de vastes programmes dans le domaine des travaux publics et la construction, comme moyen privilégié de lutter contre la crise. L’enjeu est donc de faire face à la crise, de promouvoir l’activité économique et commerciale et de lutter contre le chômage et, simultanément, de maintenir le cap stratégique de modernisation, de qualification et d’augmentation de la compétitivité du pays, afin que, une fois la crise surmontée, nous soyons dans la meilleures conditions possibles pour poursuivre notre développement. C’est, à notre avis, la première condition pour pouvoir profiter des opportunités d’affaires sur les marchés internationaux : si les entreprises portugaises ne parviennent pas à développer leur activité dans le pays et si le pays ne dispose pas d’une infrastructure moderne, efficace et Une économie et des entreprises compétitives, et en tant que telles reconnues au niveau international, ont très peu de chances de réussir sur les marchés internationaux. Il s’ensuit qu’une autre condition nécessaire pour que les entreprises portugaises profitent des opportunités commerciales sur les marchés internationaux est liée à leur taille, leur structure, leur organisation et leur interconnexion, à la qualification et à la créativité de leur personnel et de leurs ouvriers, à l’efficacité, à la sophistication et à la compétitivité des ses méthodes et processus de travail. Il s’agit d’un objectif qui appartient fondamentalement aux entreprises, mais pour lequel le gouvernement a également un rôle pertinent à jouer. Il y a certainement de nombreuses mesures à prendre par le gouvernement dans ce domaine, mais, faute de temps, ce n’est pas le moment de les aborder. Permettez-moi cependant de souligner deux actions initiées par mon Ministère et dans lesquelles nous comptons sur l’excellente collaboration de l’Ordre des Ingénieurs : l’élaboration du Code des Marchés Publics (CCP) et la révision du Décret nº. 73/73, du 28 février, des actions qui s’inscrivent dans le cadre de la modernisation de notre bâtiment législatif en vue de rendre hommage et d’honorer les professionnels et les entreprises, d’inspirer la confiance aux agents économiques et d’encourager l’entrepreneuriat et l’initiative des entreprises. En réalité, ce n’est qu’avec des entreprises et des techniciens plus qualifiés et éthiquement responsables que nous aurons des entreprises plus compétitives, des travaux de meilleure qualité et une plus grande probabilité de succès sur les marchés internationaux. Le CCP, approuvé l’année dernière et déjà en vigueur, est sans aucun doute un instrument fondamental pour l’Administration, pour les entreprises, pour les citoyens et pour l’ingénierie nationale, qui répond aux exigences de simplification, de transparence et de modernisation exigées par les opérateurs du secteur. marché, garantissant un environnement plus compétitif, ainsi que réduisant les coûts administratifs et d’embauche. Ce diplôme juridique est complété par d’autres initiatives législatives qui encouragent une chaîne de responsabilités et qui se reflètent dans le secteur privé lui-même, en vue de créer un cadre juridique pour le secteur de la construction adapté aux nouvelles exigences, notamment internationales, dans les domaines de durabilité environnementale, énergétique et sociale. C’est dans ce contexte que, en raison de son importance, la révision du fameux décret no. 73/73, du 28 février. Après de nombreuses années de tentatives pour le modifier, sans succès, nous sommes désormais parvenus, dans cette législature, à présenter dans l’AR une proposition concrète de révision de ce diplôme, qui rassemble le consensus de tous les acteurs impliqués dans son application, y compris le Ordre des Ingénieurs, et qui sera certainement en vigueur à très court terme. Une autre condition nécessaire pour que les entreprises portugaises puissent profiter des opportunités commerciales sur les marchés internationaux est la poursuite par le gouvernement d’une politique de diplomatie économique adéquate. Il y aura également de nombreuses questions à considérer dans cette affaire, parmi lesquelles je voudrais souligner l’action permanente que le gouvernement et, en particulier, mon ministère, a développé afin de créer de bonnes relations politiques avec les gouvernements des pays. que nous considérons comme le plus pertinent pour l’internationalisation des entreprises portugaises, la réalisation de nombreuses missions impliquant des membres du gouvernement accompagnés de délégations d’entreprises dans ces pays et la diffusion et l’affirmation des compétences portugaises au niveau international. La tenue au Portugal, la semaine dernière, du IVe Forum mondial des politiques de télécommunications, promu par l’Union internationale des télécommunications (UIT), et auquel j’ai déjà fait référence, s’inscrit dans cette ligne d’action gouvernementale. Je vous rappelle que ce IVe Forum, sur proposition du Portugal, s’est tenu, pour la première fois, en dehors de Genève, où se trouve le siège de l’UIT, et a réuni environ 900 délégués, parmi lesquels de nombreux ministres et autres membres du gouvernement, des représentants de l’industrie et des régulateurs de plus de 120 pays, en particulier d’Amérique latine. Le Forum a été couronné d’un grand succès, comme l’ont reconnu le Secrétaire général de l’UIT et toutes les délégations, ayant enregistré une grande répercussion nationale et internationale dans le secteur des télécommunications et constituant ainsi un point culminant pour le prestige de notre pays et pour l’affirmation de Compétences et ingénierie portugaises au niveau international. En bref, outre les efforts importants que le Gouvernement a déployés sur le terrain pour soutenir l’économie nationale dans cette phase de crise mondiale très difficile, nous avons également maintenu, en ce qui concerne le l’internationalisation des entreprises portugaises, l’orientation stratégique définie, soutenant les efforts et les actions que ces entreprises ont développé à juste titre dans ce domaine. Et nous soutenons ces mouvements d’internationalisation parce que nous connaissons l’importance que les résultats de ces processus peuvent avoir sur la survie et le développement de ces entreprises, surtout lorsque l’activité interne est conditionnée de manière très négative, comme c’est le cas présent. Intervenir sur les marchés étrangers implique, entre autres actions importantes, la recherche d’espaces économiques où les dynamiques à moyen et long terme garantissent un retour sur investissement réalisé et une rémunération du risque encouru. Cela signifie qu’aux marchés traditionnels que les entreprises portugaises ont l’habitude de regarder, à savoir l’Europe occidentale et les pays et régions lusophones ou les fortes communautés de portugais et de descendants portugais, les hommes d’affaires et les entrepreneurs doivent rejoindre d’autres espaces économiques où les opportunités justifient clairement l’investissement. difficultés d’entrée. Cela inclut plusieurs des économies émergentes actuelles, en Europe de l’Est, en Afrique, en Asie et, bien sûr, en Amérique latine. Actuellement, il existe environ 20 entreprises portugaises de construction et de travaux publics opérant en Amérique latine, et les pays où la présence de nos entreprises dans ce secteur est actuellement la plus importante sont le Brésil, le Venezuela, l’Argentine, le Costa Rica et la Turquie. Les activités de nos entreprises sont déjà très diverses et couvrent les ports, les autoroutes, les chemins de fer et la construction de logements. Cependant, une analyse minutieuse du potentiel de ces pays révèle que de nombreuses opportunités restent à explorer, en termes de construction, sur ce continent et que, par conséquent, il existe un intérêt bien fondé à examiner de très près ce domaine de le globe. Outre les entreprises, le Laboratoire National de Génie Civil développe également, depuis les années 1960, une importante activité d’internationalisation du génie civil portugais en Amérique latine, ayant réalisé des études, des projets, des inspections et d’autres interventions techniques dans les 10 pays suivants de ce continent. : Argentine, Brésil, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Paraguay, Pérou, République Dominicaine, Uruguay et Venezuela. Cette expérience du LNEC, consolidée, reconnue et systématiquement recherchée par ces pays, peut et doit capitaliser sur les efforts des entreprises nationales cherchant à s’implanter sur ces marchés. En fait, au cours des dernières années, plusieurs pays d’Amérique latine ont constamment présenté des dynamiques économiques très intéressantes et attractives, notamment dans le secteur des infrastructures. L’un des exemples les plus emblématiques de l’action du gouvernement dans cette évolution, où plusieurs entreprises portugaises de ce secteur ont déjà signé des contrats importants, est le Venezuela, un pays où l’émigration portugaise est très forte. Le gouvernement portugais s’est engagé dans ce dossier au plus haut niveau, comme dans toutes les activités de diplomatie économique susceptibles de générer un impact positif sur l’économie nationale, et continue de suivre ce processus de très près. Ainsi, des contrats importants et volumineux ont été signés dans le domaine de la construction civile et des travaux publics, parmi lesquels je soulignerai, en raison de leur ampleur, l’exécution de contrats pour la construction de 50 000 logements sociaux dans ce pays, la modernisation de le port de La Guaira et la construction du projet « Dos Bocas », composé d’un barrage et d’un tunnel de dérivation. Le domaine de l’ingénierie informatique portugaise a également été inclus dans ce paquet à travers le projet Magalhães, qui, pariant sur la diffusion de l’accès à la société de la connaissance parmi les plus jeunes générations du pays, à travers la communauté d’accès à l’Internet à haut débit, est déjà l’un des les études de cas d’info-inclusion les plus pertinentes à l’échelle mondiale. En ce qui concerne le Brésil, le marché latino-américain le plus important pour les entreprises portugaises et le plus grand de ce continent en termes de taille, le gouvernement entretient une relation historique privilégiée, n’épargnant aucun effort pour explorer les opportunités d’approfondir les relations existantes. Je voudrais rappeler, à titre d’exemple uniquement, que lors du sommet luso-brésilien de São Salvador da Bahia, en octobre 2008, un protocole d’accord a été signé entre la société portugaise CASAIS et la société brésilienne EGESA, en vue à la participation conjointe à des concours de concession d’autoroutes en Amérique latine. Il me semble que cette voie, établissant des partenariats et des consortiums entre des entreprises de pays ayant de telles affinités culturelles et des ambitions stratégiques identiques, constitue déjà une formule d’internationalisation éprouvée pour plusieurs entreprises portugaises du secteur de la construction. Les entreprises publiques font également évidemment l’objet d’un soutien du Gouvernement en vue de leur internationalisation. Très récemment, et juste pour donner un exemple, mon Ministère a effectué une mission au Brésil et en Argentine, dirigée par le Secrétaire d’État aux Transports et qui comprenait des représentants des Administrations des Ports de Leixões, Aveiro, Lisbonne, Setúbal et Sines, du CP, de l’EMEF et du Metro de Lisboa en vue, entre autres objectifs, de promouvoir et de développer des accords et des partenariats entre ces entreprises dans ces pays d’Amérique latine. Tous les participants à ce Forum ont certainement eu l’occasion d’écouter, tout au long de cette matinée, les présentations des différents plans d’investissement de 10 pays de cette partie du monde. Je fais spécifiquement référence à l’Argentine, au Mexique, au Panama, à Cuba, à l’Uruguay, au Chili, au Brésil, à la République dominicaine, au Paraguay et au Salvador. Étant donné que l’Amérique latine est l’une des régions du monde dont la croissance économique devrait connaître le moins de ralentissement au cours du cycle économique actuel, et que nombre de ces pays ne s’attendent même pas à tomber dans la récession, il s’agit certainement d’une voie d’internationalisation à suivre. envisagé pour de nombreuses entreprises nationales du secteur de la construction qui, à ce stade, éprouvent des difficultés à se développer sur leurs marchés traditionnels. D’autre part, nos affinités culturelles évidentes avec ces pays et les liens historiques profonds qui nous unissent à ces peuples font de l’Amérique latine un marché naturel pour toute entreprise portugaise à la recherche de nouveaux espaces d’affirmation compétitive. En outre, le poids que représentent les pays d’Amérique latine dans le chiffre d’affaires des entreprises portugaises du secteur de la construction à l’étranger a diminué, avec une baisse, en termes réels, de 14,5% au cours des 5 dernières années, ce qui suggère une moindre attention accordée à ces marchés par rapport au au détriment d’autres opportunités qui pourraient être actuellement dépassées. Chers confrères ingénieurs, le Gouvernement soutient et soutiendra, de manière décisive et sans équivoque, toutes les entreprises du secteur de la construction qui trouvent en Amérique latine, un marché avec un potentiel de diversification géographique de leurs activités. Et comme toujours, nous comptons sur la contribution de l’Ordre des Ingénieurs, qui continuera certainement à répondre aux nouveaux défis qui nous attendent dans ce domaine. Nous avons répondu aux difficultés de la crise mondiale avec enthousiasme, énergie et engagement, comptant également sur l’engagement de tous. Pour conclure, je souhaite à toutes les personnes présentes une bonne continuation des travaux de ce Forum, en attendant, avec beaucoup d’intérêt et d’attention, les conclusions respectives, dont je leur suis très reconnaissant. Merci pour votre attention.