Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

Conférence avec l'ancien président du Mexique

L’IPDAL a soutenu l’organisation d’une conférence académique avec l’ancien président du Mexique, Ernesto Zedillo.

A l’Université européenne de Lisbonne, l’ancien chef de l’État a parlé de « La mondialisation à l’ère du populisme ». Dans un auditorium rempli d’étudiants de diverses nationalités, étaient présents des ambassadeurs et des diplomates latino-américains, entre autres invités de l’IPDAL comme le Représentant de l’Organisation des États ibéro-américains au Portugal.

L’intervention du président Zedillo a débuté par une rétrospective historique des accords commerciaux entre pays et blocs économiques, déclarant que les mouvements d’intégration régionale sont le résultat de la volonté politique de dirigeants démocratiquement élus.

L’actuel directeur du Centre d’études sur la mondialisation de l’Université de Yale aux États-Unis a affirmé que le populisme constitue la plus grande menace pour la démocratie et a expliqué que, depuis la seconde moitié du XXe siècle, il s’agit d’un phénomène caractéristique de l’Amérique latine. L’Amérique, qui n’est revenue que récemment dans d’autres régions du monde occidental.

L’économiste, qui a été chef de l’État du Mexique entre 1994 et 2000, a également considéré que le populisme n’est pas une idéologie mais un récit politique qui, refusant le dialogue, fonde sa croissance sur la polarisation et la confrontation, tout en favorisant et en se nourrissant de sentiments antagonistes. , peur et révolte dans les sociétés.

Pour le président Zedillo, le populisme exploite les faiblesses et les problèmes générés par la mondialisation pour diffuser un discours manichéen, où la responsabilité de tous les maux incombe toujours aux forces extérieures et jamais aux décisions des États eux-mêmes ou de leurs dirigeants.