Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

La Banque mondiale prévoit un ralentissement à Los Angeles et une performance stable au Brésil

Les économies d’Amérique latine connaîtront un ralentissement au cours des deux prochaines années, notamment en raison de la moindre capacité d’expansion de l’Argentine et du Venezuela, tandis que le Brésil devrait maintenir une performance pratiquement stable, a déclaré aujourd’hui la Banque mondiale (BM).

Dans son rapport annuel sur les prévisions économiques mondiales, l’institution indique que la région terminera cette année avec une croissance de 5%, soit deux dixièmes de plus que ce qui avait été prévu par le Fonds monétaire international (FMI) en septembre.

Selon le BM, l’indice, élevé pour les paramètres historiques latino-américains, diminuera à 4,2% en 2007 et à 4% en 2008. Les taux restent inférieurs à la moyenne des pays en développement, qui devraient croître de 7% cette année. 6,4% en 2007 et 6,1% en 2008.

Le FMI, dont les prévisions pour 2007 coïncident avec celles de la Banque mondiale, n’a pas publié de chiffres pour 2008.

La principale cause du ralentissement en Amérique latine est la modération de la croissance en Argentine et au Venezuela.

Il y aura également des ralentissements au Mexique, au Pérou et en Colombie, quoique dans une moindre mesure. En revanche, le Chili se redressera, et au Brésil et en Bolivie, le rythme économique restera stable.

Le rapport explique que la région a bénéficié de perspectives internationales favorables, mais affirme que les conditions vont changer.

Le ralentissement se fera surtout sentir en Argentine et au Venezuela, pays qui ont réagi vigoureusement aux crises récentes, mais dont les taux de croissance « extrêmement élevés » sont « insoutenables », a analysé la Banque mondiale.

Cette année, l’augmentation du produit intérieur brut (PIB) de l’Argentine sera de 7,6 %, mais cet indice devrait tomber à 5,6 % en 2007 et à 4 % en 2008, en raison de la hausse prévisible des taux d’intérêt et du ralentissement des investissements. en raison des coûts de production élevés, selon la Banque mondiale.

Le Venezuela passera d’une croissance de 8,5% cette année à 6% en 2007 et 5,5% en 2008.

La République dominicaine, bien qu’elle ait surmonté sa crise avec force en 2003, est un autre pays où l’inflation est préoccupante.

Au Mexique, la croissance passera des 4,5% prévus pour cette année à 3,5% en 2007 et 2008, conséquence de la baisse de la demande aux Etats-Unis, dont l’économie est en train de ralentir.

Le Brésil sera le moins touché par le refroidissement des États-Unis, car il exporte davantage vers l’Asie, qui poursuivra ses taux de croissance stratosphériques.

Par ailleurs, une baisse prévisible des taux d’intérêt dans le pays devrait conduire à une augmentation des investissements en 2007, selon la Banque mondiale.

L’organisation prévoit que le PIB du pays augmentera de 3,5% cette année, de 3,4% en 2007 et de 3,8% en 2008.
Journal économique – 13 décembre 2006