Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

JOE BIDEN ET L'AMÉRIQUE LATINE : PERSPECTIVES ET OPPORTUNITÉS

IPDAL publie une analyse préliminaire des déclarations et des intentions exprimées par le nouveau président des États-Unis à l’égard de l’Amérique latine.

Joe Biden a débuté son mandat le 20 janvier 2021 et, en peu de temps, il a déjà laissé des signes de la manière dont il compte mener les relations du pays avec ses voisins latino-américains au cours des quatre prochaines années. Il convient de rappeler que Biden a été le principal émissaire de Barack Obama pour la région (2009-2017) et que, lors de la campagne présidentielle, le démocrate a promis de revigorer les relations avec l’axe continental, suscitant de grandes attentes quant à ses prochaines étapes.

En fait, dès le premier jour après son entrée en fonction, Joe Biden a signé une série de décrets qui reflètent une réorientation vers la politique étrangère de l’administration précédente, notamment en ce qui concerne les questions qui touchent directement la communauté latino-américaine. Il s’agit de mesures telles que le gel immédiat du financement du mur frontalier avec le Mexique, le démantèlement de certaines restrictions migratoires ou le changement de position sur les expulsions et les demandes d’asile, qui témoignent de la volonté de Biden de rétablir de bons liens avec la région et d’accueillir migrants dans leurs communautés, avec la promesse que les processus seront plus humains et plus pacifiques.

En outre, le président a nommé le Colombien Juan Sebastián Gonzalez au poste de conseiller national pour les questions de sécurité dans l’hémisphère occidental, envoyant un message selon lequel il entend travailler sur les questions les plus urgentes et prioritaires concernant le pays et l’Amérique latine, comme la reprise des consultations multilatérales. la lutte contre la corruption et le trafic de drogue, la crise climatique et le relèvement des pays après les dégâts de la pandémie. Cet agenda, qui croise les intérêts nationaux et régionaux, comprend d’autres propositions pertinentes concernant un fonds de soutien économique au « Triangle du Nord » (composé du Guatemala, du Salvador et du Honduras), les impasses de la crise vénézuélienne et la normalisation des relations avec Cuba.

Selon les experts, malgré les perspectives positives, la reprise de bonnes relations entre les États-Unis et leurs voisins latino-américains sera difficile et nécessitera de surmonter plusieurs obstacles, dont beaucoup ont été laissés par l’administration Trump. La promotion et la réaffirmation de la démocratie, des droits de l’homme et le renforcement de l’État de droit doivent également constituer la base de cette relation afin que les politiques visant la région soient efficaces, en particulier compte tenu de l’incidence croissante du populisme nationaliste qui sévit dans certains pays. pays en question. . Un autre défi pour les États-Unis sera de fonder leur politique étrangère dans la région sur l’équilibre du « leadership par l’exemple », respectant la souveraineté des États face à toute possibilité de pratiques impérialistes.

L’élection de Biden offre une nouvelle possibilité de compréhension mutuelle des intérêts et des priorités au sein du continent américain. En ce sens, l’administration démocrate pourrait représenter une opportunité précieuse pour redéfinir les relations entre les États-Unis et les pays d’Amérique latine, ainsi que les approches régionales sur les questions de migration, de commerce, de sécurité et d’environnement. Cette fois, l’Amérique latine semble avoir un partenaire qui ne considère pas son hémisphère comme son fief, mais plutôt comme une base stratégique, avec laquelle il partage des objectifs et des intérêts. En fait, cette année, le Président devrait relancer le Sommet triennal des Amériques, qui se présente comme une occasion de développer des causes communes.

Joe Biden, moins menaçant et plus apaisant que son prédécesseur, a révélé sa volonté de mettre fin à « l’incompétence » de la précédente administration dans la région, en assurant le retour d’une politique étrangère fondée sur des valeurs. Pour ce faire, il devra utiliser le « bâton » et la « carotte », mais dans une perspective très différente de celle qu’avait Barack Obama et dont il est lui-même conscient : il ne s’agit pas d’exporter la démocratie, comme elle ne devrait pas l’être. être une fin et, oui, un moyen.

Crédits photographiques :
https://www.whitehouse.gov/administration/president-biden/

SOURCES:

https://www.americas quarterly.org/article/biden-and-amlo-reset-or-disaster/
https://www.dw.com/en/what-latin-america-can-expect-from-joe-biden/a-56284786
https://foreignpolicy.com/2021/01/22/biden-inauguration-latin-america-first-steps-immigration/
https://www.nytimes.com/2021/01/23/opinion/hola-president-biden-latin-america-has-a-message-for-you.html
https://www.economist.com/the-americas/2021/01/14/joe-biden-will-shift-gears-in-latin-america
https://www.thedialogue.org/analysis/joe-biden-amigo-de-america-latina/
https://www.eldiario.es/internacional/sera-no-sera-relacion-biden-america-latina-subcontinente-visito-16-veces_129_6979658.html