Ipdal

LogoTransparent
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

I MAFRA DIALOGUES RÉUNIT LE SAINT-SIÈGE, LES NATIONS UNIES, XANANA GUSMÃO ET LE GOUVERNEMENT DU PORTUGAL

Dans le cadre d’une initiative sans précédent au Portugal, l’IPDAL et la mairie de Mafra ont réuni certaines des personnalités et organisations les plus influentes au monde pour débattre de l’importance de la diplomatie de paix et de la prévention des conflits.

Le Secrétaire d’État du Vatican a été l’invité d’honneur des 1ers «Dialogues de Mafra – Dialogues stratégiques pour la diplomatie de paix», une initiative qui a reçu le soutien de l’Ambassade de Suisse au Portugal. Dans son message vidéo, le cardinal Pietro Parolin a défendu une « approche centrée sur l’humanité qui reconnaît la dignité précieuse et inviolable de toute vie et donc la nécessité de respecter les droits de l’homme et les libertés fondamentales », rappelant les engagements du pape François « dans la recherche d’un renouveau ». de dialogue, notamment aux niveaux interculturel, interreligieux et interreligieux ».

Les Nations Unies étaient représentées par le Sous-Secrétaire général aux affaires politiques et aux opérations de paix, Miroslav Jenca, qui a expliqué comment l’ONU met en œuvre la prévention des conflits et promeut la participation des femmes et des jeunes aux processus de paix.

Ayant pu compter sur certains des groupes de réflexion et organisations internationales les plus prestigieux dédiés à la médiation des conflits et à la résilience des États – comme Amnesty International, l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, la Communauté de Sant’Egidio, le Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité, le Toledo Centre international pour la paix ou Institut d’économie et de paix – la première édition des « Dialogues de Mafra » a également privilégié la pensée portugaise, avec des noms tels que Jorge Moreira da Silva, directeur de l’OCDE pour la coopération et le développement, Mónica Ferro, directrice du Genève Bureau du Fonds des Nations Unies pour la population, et Felipe Pathé Duarte, professeur et chercheur à la Nova School of Law.

Le premier jour, le processus de paix au Mozambique a également été analysé, ainsi que l’instabilité à Cabo Delgado, avec la contribution de Mirko Manzoni, envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies dans le pays, et Angelo Romano, médiateur de paix. de la Communauté de Sant’Egidio, et Felipe Pathé Duarte, cherchant ainsi à examiner ce que l’universitaire et chercheur a qualifié de « scénario qui présente plus de doutes que de certitudes ».

Les développements récents en Colombie ont été abordés dans un autre panel, avec la participation du conseiller spécial du Président de la République de Colombie pour la stabilisation et la consolidation, Emilio Archila, de l’analyste principal du Real Instituto Elcano, Carlos Malamud, et du directeur du Centre international de Tolède pour la paix, Emilio Cassinello. Enfin, la clôture de la première journée a été présidée par Francis M. Kai-Kai, ministre de la Planification et du Développement économique de la Sierra Leone et président intérimaire du g7+.

La deuxième journée a également été marquée par la discussion sur le rôle du secteur de la sécurité dans la résilience des États, avec les contributions de Florentina Ukonga, Secrétaire exécutive de la Commission du Golfe de Guinée, Anne Bennett, du Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la sécurité et Nils Muižnieks, Directeur Europe à Amnesty International.

La clôture de l’initiative a consisté en un dialogue avec le ministre de la Défense nationale, João Gomes Cravinho, avec l’ancien président du Timor-Leste Xanana Gusmão et la directrice générale de la politique étrangère du Portugal, Madalena Fischer.

L’IPDAL a distribué à cette occasion un rapport sur la prévention des conflits et la consolidation de la paix et publiera prochainement un document politique avec les principales conclusions et propositions présentées par les intervenants.

L’initiative a eu lieu les 18 et 19 mai, au Palais National de Mafra et sous forme en ligne.