Ipdal

  • Português
  • Français
  • English
  • Español
  • Português
  • Français
  • English
  • Español

Partager

Banque mondiale : PALOP Croissance économique

L’Afrique subsaharienne devrait enregistrer une croissance de son PIB de 2,7 % en 2021 et de 3,3 % en 2022.

Suivant cette tendance, tous les pays PALOP devraient renouer avec la croissance économique cette année, après une récession de 3,7 % en 2020.

Les données ont été présentées par la Banque mondiale dans le rapport sur Perspectives économiques mondiales .

Graphique 1. Croissance du PIB (Source : Banque Mondiale)

Dans le document, on peut lire que les pays de la région les plus touchés par la pandémie sont ceux qui ont enregistré le plus de cas de COVID-19, ceux qui sont exportateurs de pétrole et ceux qui dépendent le plus de l’activité touristique.

Ainsi, l’Angola, qui est en train de restructurer sa dette publique, devrait connaître une croissance de 0,9% cette année et de 3,5% en 2022, après trois années de récession, ayant été le plus touché, selon le document, par la baisse des prix du pétrole. exportations et une inflation élevée en réponse à une monnaie plus faible et à la pression sur les prix alimentaires.

Graphique 2. Inflation dans plusieurs pays de la région (Source : Banque Mondiale)
IL Y A = Angola; GHA = Ghana ; ZAF = Afrique du Sud ; NGA = Nigéria ; ETH = Éthiopie ; ZWE = Zimbabwe

Dans le cas du Cap-Vert et de São Tomé et Príncipe, pays essentiellement touchés par le déclin du secteur touristique, les perspectives sont également de croissance. Dans le premier cas, une reprise de 5,5% est attendue cette année et de 6% en 2021, après une récession de 11% en 2020. Dans l’archipel centrafricain, l’expansion sera de 3% en 2021 et de 5,5% en 2022, après une Baisse de 6,5% l’an dernier.

Graphique 3. Arrivées de tourisme international dans la région (Source : Banque mondiale)

La Guinée-Bissau et le Mozambique devraient connaître une croissance de 3% en 2021 et de 4% en 2022, après une contraction de 2,4% et 0,8% respectivement.

Malgré les prévisions de croissance pour l’Afrique subsaharienne, « le niveau de vie risque de reculer d’une décennie et des dizaines de millions de personnes dans la région pourraient être entraînées cumulativement dans l’extrême pauvreté d’ici 2020-2021 ».

La Banque mondiale prévient également qu’une reprise inférieure aux attentes « pourrait être le résultat des effets néfastes persistants de la pandémie ou de la lenteur de la distribution des vaccins, surtout si elle est combinée à une augmentation des nouveaux cas nationaux ». De nouvelles vagues d’infection chez les partenaires commerciaux non régionaux mettraient également en péril la croissance en termes de baisse de la demande et de réduction des investissements.

Source des images : https://www.pexels.com/pt-br/foto/foto-aerea-de-edificios-proximos-a-costa-2767923